Les besoins et les Réalisations


Saïdou SALL, infirmier-chef du Dispensaire Urbain de N'Dioum

  Actuellement dans la région de N'Dioum quelques personnes de bonne volonté espèrent voir un jour les conditions de vie en Afrique s'améliorer. Ces personnes ont besoin de soutiens  humains par des voyages réguliers sur place , par  une  correspondance et des liens amicaux 


        Ces mêmes personnes ont besoin aussi d'un d'un soutien financier : 

  •  pour financer le fonctionnement de l' URO-CREN (Unité de Réhydratation Orale / Centre de Récupération et d'Education Nutritionnelle).
  •  pour soutenir le dispensaire urbain de N'Dioum et son action auprès des populations locales.
  •  pour soutenir tous les projets  permettant de favoriser l'accés aux soins, de développer des actions de prévention et  la  formation  des professionnels de santé locaux.   


    La prise en charge de la malnutrition et de la dénutrition représente une partie importante des activités sanitaires de ces structures et de l'URO-CREN en particulier.
    La prise en charge des enfants dénutris  y est globale avec des produits enrichis.

    La durée de la prise en charge est en moyenne de 5 jours et ce sont les nourrissons qui sont les plus touchés.

    Des séances d'information-animation avec les populations locales abordent différents thèmes sanitaires : diarrhée, alimentation des bébés, rougeole, planification familiale, SIDA , MST, paludisme.

    L'infirmier-chef organise également des séminaires de formation sur la santé maternelle et infantile pour les matrones qui travaillent à l'UROCREN ou qui sont appelées à travailler dans les cases de santé du secteur.

     En 2010 , le budget annuel de l'UROCREN était de 3.029.100 Frs CFA, pour 572 enfants  hospitalisés,dont 397 "malnutritions sévères" et 175 "malnutrition moyenne" avec les résuktats suivants :547 enfants "réhabilités", 16 enfants "perdus de vus" , 3  enfants décédés et 6 enfants tranférés

  • Salaires: 960.000 Frs CFA
  • Formation: 150.000Frs CFA
  • Achat alimentaires :644.700 Frs  CFA
  • Cas sociaux, impécunieux: 504.000rs  CFA. 
  • Frais divers  : 771.000 Frs CFA.

 Ce budget est financé à 95% par N'Dioum Santé.

Mais le dispensaire urbain c'est aussi, en 2010:

  • 180 accouchements dont 242 enfants nés vivants et 2 enfants morts nés
  • 22 avortements spontanés pris en charge
  • 618 consultations  de planning familial
  • 2661 enfants vaccinés
  • 4360 surveillances nutritionnelles et pondérales ( consultations de suivi pédiatrique)
  • et globalement 11352 consultations...    dont paludisme:2270 , affectionspulmonaires :3405 , HTA maligne:1039 , dermatoses:1135, diarrhées:1208, anémies:1017 , ....

     En 2004, l'infirmier chef,  avait donc exprimé le besoin d'être secondé par un infirmier adjoint en raison de l'attractivité de l'URO-CREN et du dispensaire urbain  et de l'importance de ses activités.

Le financement de ce poste a alors été  pris en charge :

            • pour 1/3 par une association d'appui et de recherche pour le développement communautaire.
            • pour 1/3 par le comité de santé du district de N'dioum.
            • et pour  1/3 par N'Dioum Santé .

   Le départ de l'infirmier du poste  de santé du camp des réfugiés mauritaniens a cependant nécessité que cet infirmier y soit affecté en 2008. C'est pourquoi  l'association a  pris  en charge  de 2008 à 2010 les frais d'études d'un jeune infirmier originaire de  N'Dioum et qui , dès la fin de ses études et revenu  travailler au dispensaire . Son poste nétant pas financé par ll'état , il n'est remunéré que par le comité de gestion du poste de santé.

    N'Dioum Santé prend donc en charge 95% des dépenses de fonctionnement de l'URO-CREN  et participe activement au budget de fonctionnement du dispensaire urbain.

Depuis 2009, l'association participe , par ailleurs, annuellement et de façon substantielle au fond de dotation de la Pharmacie tocale d'Approvisionnement 

    Une partie des dépenses est cependant laissée volontairement à la charge des usagers. 

    N'Dioum Santé s'est engagée à financer ces projets sur le long terme par le biais de conventions annuelles signées avec l'UROCREN et le poste de santé.

    La signature de cette convention justifie un voyage annuel d'évaluation à N'Dioum . 

  Ce financement nécessite que les adhérents et les donateurs s'engagent eux aussi dans la durée, pour permettre la pérennité de cette aide.

    Les finances de l'association s'accommodent donc mieux de dons réguliers -même minimes- plutôt que de dons ponctuels et aléatoires.

    A ce soutien pérenne au fonctionnement de ces structures se sont ajoutées , au fil des années, des aides ponctuelles telle que le financement de l' adduction d'eau à la case de santé du camp de réfugiés mauritaniens en 2008 , la rénovation du local de lutte anti-tuberculeuse en 2009.....

    De 2007 à 2011, N'Dioum santé a établi par ailleurs un partenariat avec l' Ecole Supérieure de Santé ( ESUP-Santé ) de Saint-Louis en soutenant la scolarité d'étudiants infirmiers  ou sage-femmes.

    Ce partenarait cessera cependant en juin 2011, l'association ne pouvant se disperser et s'étant engagée à financer les travaux de rénovation du CREN.

L'association souhaite également, en 2011, aider au fiancement d'un projet de production de "farine riche à base de produits locaux" destinée à l'alimentation  des enfants malnutris et dénutris.

   N'Dioum Santé intervient donc en s'appuyant sur l'existant, essentiellement en soutien des infrastructures  et des personnels en place, en leur apportant une aide au fonctionnement  et à la réalisation de leurs projet, en respectant  le cadre du sytème de santé sénagalais et dans le respect de la stricte autonmie de chaque personne.

   L'ensemble de ces actions est complémentaire de l'aide apportée par d'autres ONG, la Mission Luthérienne et Counter Part International, en particulier.